Au printemps et à l’automne, la communauté de la Première Nation Abitibiwinni profite de la semaine culturelle pour pratiquer en famille leurs activités traditionnelles sur les territoires ancestraux dans la réserve à castors au nord du 49e parallèle. En plus de la chasse, la trappe, la pêche et la cueillette de petits fruits sont à l’honneur afin de subvenir aux besoins de la famille durant cette semaine.

Semaine culturelle automnale et printanière

Lors de cette semaine culturelle d'automne, les membres de la communauté en profitent surtout pour chasser le gros gibier. Les plus jeunes apprennent à vivre dans le bois selon le mode traditionnel algonquin. Ils apprennent aussi à chasser et à arranger l'orignal. Pour les Algonquins, c'est une belle occasion pour se ressourcer, généralement en famille. Cela permet de transmettre la culture de génération en génération, et malgré les difficultés rencontrées, les jeunes semblent toujours intéressés à connaître leurs origines.

Le Conseil prévoit aussi chaque année une semaine culturelle semblable au printemps, selon la même formule, cette fois-ci pour la chasse à l'oie et au petit gibier.

Sorties en forêt pour les jeunes adultes

Dans la foulée des semaines culturelles, le Centre de santé de Pikogan organise des sessions de sorties en forêt pour les jeunes adultes âgés entre 16 et 22 ans qui n’ont pas la chance de vivre l’expérience avec leur famille. Ainsi, deux chasseurs font deux sorties de quatre jours avec quatre jeunes. Ils vont à l'orignal l'automne et à l'outarde au printemps. Si la chasse est fructueuse, ils partagent la viande entre eux, comme le veulent les traditions. Cette initiative du Centre de santé favorise les saines habitudes de vie et la prévention.

Fermeture des bureaux pour favoriser les traditions

Afin de permettre à ses employés de poursuivre de la pratique des traditions, le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, à la demande des employés et de la population, a regroupé cinq jours fériés à l'automne pour permettre la pratique de nos activités traditionnelles. Les employés de tous les secteurs du Conseil ont donc congé durant toute la semaine. Seuls les services essentiels sont assurés dans la communauté.

Même l'école primaire Migwan ferme durant cette semaine depuis deux ans.  Afin de respecter les 180 jours de classe exigés par le ministère de l’Éducation, l’entrée des élèves débute dix jours plus tôt en août. Les écoles secondaires à Amos se sont aussi adaptées aux coutumes de leurs voisins et sont plus conciliantes envers les absences des élèves de la communauté qui fréquentent leurs établissements scolaires.

Remercier la nature

Au retour des chasseurs, la communauté se mobilise autour d'une journée culturelle visant à remercier la nature pour le gibier et la bonne nourriture ramenés de la semaine de chasse et à transmettre ce rituel de la culture algonquine aux plus jeunes. L'activité regroupe ainsi les enfants, surtout ceux de l'école Migwan, qui viennent en grand nombre pour cuire au feu la viande et la banik, le pain autochtone enroulé sur un bâton.