12Oct

Les Anishnabeg veulent s'assurer que le dernier remaniment ministériel à Québec ne retarde pas l'avancée de leurs dossiers

12 octobre 2017

Suite au dernier remaniement ministériel, les Anishnabeg de Lac-Simon et de la Première Nation Abitibiwinni, ayant rencontré le caucus libéral en septembre, souhaitent voir leurs dossiers priorisés par le gouvernement. Ces derniers désirent rencontrer les nouveaux ministres en poste et poursuivre les discussions en cours afin de faire avancer rapidement leurs enjeux sociaux prioritaires, ainsi que les questions de protection et de développement sur leur territoire ancestral.  

« En septembre dernier, nous avons rencontré le caucus libéral à Val d’Or. Nous avons alors eu le sentiment d’avoir été entendus par le gouvernement. Malgré le remaniement, les élus québécois doivent prioriser nos enjeux. Nous leur avons parlé de nos difficultés sociales et des mesures qui nous sont imposées et qui engendrent d’autres problèmes plutôt que des solutions. Il faut maintenant passer à l’action. Le gouvernement doit s’engager concrètement. Nos enfants vivent des situations d’injustice qui risquent de nuire à leurs chances de réussites. Nous avons eu la chance de nous entretenir avec la ministre Charlebois et de lui faire entendre nos inquiétudes. Sa reconduction à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique nous permettra, nous l’espérons, d’aller de l’avant et de faire avancer nos dossiers », a déclaré Adrienne Jérôme, Cheffe de Lac-Simon.

 « Nous saluons la nomination de M. Moreau aux Ressources naturelles et à l’Énergie. Du même souffle, nous voulons rapidement reprendre le travail mis de l’avant avec son prédécesseur, M. Pierre Arcand. Nous réclamons depuis longtemps que l’on mette en place les processus et mesures nécessaires pour que les entreprises qui explorent ou qui exploitent les ressources sur notre territoire ancestral respectent nos droits. Nous ne sommes pas contre le développement, mais celui-ci doit se faire avec notre consentement et au bénéfice de notre Nation. Nous voulons réaffirmer que les industries doivent s’entendre avec nous pour exploiter notre territoire et aussi rappeler à M. Moreau que le gouvernement a un rôle à jouer et qu’il doit s’assurer de faire respecter ses propres lois en ce sens. », a déclaré le Chef David Kistabish.

Les Premières Nations de Lac-Simon et d’Abitibiwinni souhaitent pouvoir fixer de nouvelles rencontres avec les différents ministres responsables de leurs dossiers. Ces rencontres devraient se réaliser dans les plus brefs délais afin de ne pas retarder les travaux et pour maintenir des discussions productives sur les différents enjeux sociaux, ainsi que ceux d’exploitation et de protection de leur territoire ancestral.