21Nov

Honneur provincial pour le Groupe Unique de Pikogan

21 novembre 2016

Un nouvel honneur provincial rejaillit sur le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan, qui a reçu le 18 novembre le Prix À part entière de l'Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ), dans la catégorie Municipalité, MRC et autres communautés, pour son Groupe Unique.

 

Ces prix sont remis tous les deux ans par l'OPHQ afin de rendre hommage aux personnes et aux organisations qui contribuent à accroître la participation sociale des personnes handicapées. Le Conseil a devancé quatre autres candidats pour remporter ce prix. «Ce n'est pas tant le prix que le fait de voir le travail acharné de nos employés être reconnu», souligne fièrement Malik Kistabish, directeur du Centre de santé de Pikogan.

 
Publicité

Le Groupe Unique est né en 2012 du besoin exprimé par certains membres de la communauté d'avoir plus de services pour les personnes ayant des incapacités physiques ou intellectuelles ou même des troubles de santé mentale, lesquelles sont aussi très souvent marginalisées.

«Certains de leurs proches déploraient un manque de ressources dans la communauté. Ils tombaient entre deux chaises, puisqu'il n'existe aucun programme pour eux. Ils devaient obtenir leurs services à l'extérieur. Notre psychologue Dany Ouellet est arrivée avec l'idée de créer ce groupe qui impliquait aussi d'autres intervenants, en nous disant qu'il fallait faire quelque chose pour que ces personnes ne se sentent pas oubliées, pour briser l'isolement», raconte M. Kistabish.

Intégration sociale

Le Groupe Unique met en commun l'expertise d'une dizaine d'intervenants, de la psychologue aux éducatrices en milieu naturel en passant par une psychoéducatrice, une infirmière, une travailleuse sociale ainsi que l'agente Grandir ensemble et la coordonnatrice Avenir d'enfants.

«De huit à dix personnes bénéficient de leurs services, précise Malik Kistabish. On veut favoriser leur socialisation, prévenir la toxicomanie et éviter d'éventuelles situations de crise. Par exemple, deux personnes travaillent à désinfecter les jouets de la garderie. D'autres font le ménage des lieux publics dans la communauté. Et les résultats sont là. Ils sont fiers; la communauté aussi. On les voit plus et ils sont reconnus dans le milieu. Les gens sont reconnaissants à leur endroit. Ils sentent vraiment qu'ils font partie de la communauté.»

Une bourse pour la continuité

Le Prix À part entière est accompagné d'une bourse de 10 000 $. «Cet argent sera réinvesti dans la continuité du projet et va nous permettre d'en faire encore plus, plus longtemps. On assume entièrement ce programme à même les budgets réguliers du Centre de santé. C'est donc bienvenu. Ce sera très bien utilisé», affirme Malik Kistabish.

Voyez aussi: Pikogan honoré pour sa luttre contre l'homophobie

 

Cliquez ici pour lire l'article intégral de Martin Guindon - L'Écho/Le Citoyen - 21 novembre 2016