10Mar

UNE REVENDICATION CRIE SUR UN TERRITOIRE ALGONQUIN

10 mars 2016

Les Premières Nations Abitibiwinni et Wahgoshig réagissent à la revendication d’un titre ancestral par la Nation crie de la baie James sur un territoire algonquin en Ontario

Les Premières Nations Abitibiwinni et Wahgoshig accueillent avec étonnement l’annonce du dépôt d’une requête judiciaire du Grand Conseil des Cris réclamant la reconnaissance d’un titre et de droits ancestraux sur un territoire algonquin du nord de l’Ontario. Cet étonnement s’explique notamment par le fait, bien connu, que le territoire revendiqué est celui sur lequel les deux communautés algonquines possèdent déjà des droits reconnus et protégés par la Constitution, issus du Traité no 9 signé en 1906 par la Première Nation Wahgoshig et en 1908 par la Première Nation Abitibiwinni.

« Nous sommes surpris d’apprendre l’introduction d’une telle procédure, alors qu’elle concerne notre territoire, sur lequel nous avons des droits bien reconnus. Les autorités cries ne nous ont pas consultés, ni informés de cette démarche surprenante », a déclaré le Chef de la Première Nation Abitibiwinni, David Kistabish.

La requête déposée à la Cour supérieure de l’Ontario par le Grand Conseil des Cris demande des déclarations d’un titre ancestral, sur une base partagée avec d’autres nations autochtones, et les droits ancestraux sur environ 48 000 kilomètres carrés de terres situées au sud de la baie James et à l’ouest de la frontière Ontario-Québec. En outre, la requête réclame des dommages-intérêts de 495 millions de dollars.

« Il est impossible pour nous de ne pas réagir à une telle menace. Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour protéger nos droits ancestraux sur ces terres, a déclaré le Chef de la Première Nation Wahgoshig, Dave Babin. S’il y avait chevauchement territorial, toute reconnaissance de droits à la Nation Crie devrait nécessairement se faire après une entente avec nous. ».

En réaction à la démarche unilatérale de la Nation Crie, les Conseils d’Abitibiwinni et de Wahgoshig envisagent ainsi entreprendre les démarches nécessaires afin de protéger leurs droits territoriaux. Ces démarches comprendront notamment des interventions auprès des différentes autorités gouvernementales, à commencer par le Gouvernement de la Nation Crie.